Tuesday, September 13, 2011

Une entrevue avec Frédéric Paris

in English

Comme je l'ai écritFrédéric Paris a été au centre de ma « planète accordéon » depuis plus d'une décennie. Monsieur Paris a fort gentiment accepté de répondre à quelques questions. Merci à Alex MacGregor et Sylvain Piron  pour l’aide à la traduction. Et merci, surtout à Frédéric Paris.
____________________
Carnet de Bal: Frédéric et Castagnari
Q: Monsieur Paris, comment avez-vous commencé la musique?

A: J'avais 11 ans quand j'ai commencé à jouer de la vielle-à-roue, en 1968. J'ai essayé un instrument qui était chez ma grand-mère et ça m'a plu. J'ai continué seul, puis j'ai suivi quelques stages où j'ai rencontré d'autres jeunes vielleux comme moi.

Q: Comment La Chavanée a-t-elle commencé? 

A: La Chavannée a été créée en 1969 par mon père qui était l'instituteur du village. Il a initié ses élèves et d'autres jeunes des villages alentour aux arts et traditions populaires du Bourbonnais, notre région située au centre de la France. Très vite, nous avons rencontré les "anciens" du pays et nous avons fait des recherches sur les ménétriers, les instruments, les répertoires, les danses...

Q: Récemment, j'ai écrit un article sur la «Musique Traditionelle Française» mais quelqu'un m'a dit, «Il n'y a pas vraiment de musique traditionelle française. Il y a musique bourbonnaise, la musique alsacienne, la musique du Limousin, etc... » Un américain comme moi a du mal à comprendre ces différences régionales. Pensez-vous qu’on peut parler de «Musique Traditionelle Française»? Pensez-vous qu'il est possible pour moi de comprendre «Musique Traditionelle Française» sans avoir une connaissance approfondie des différences régionales? 

A: I Il existe des différences régionales, mais la musique traditionnelle française existe bel et bien à travers ses climats mélodiques, les thèmes de ses chansons, les rythmes de danses... Les particularismes locaux ou régionaux existent, mais ils ne doivent pas cacher une réelle unité du domaine francophone.

Q: Certains airs de votre répertoire sont très traditionnels (Carnet de Bal) tandis que d’autres peuvent être qualifiés de «musique traditionnelle du futur» (De L'eau Et Des Amandes) – Qu’est-ce qui les relie selon vous?

A: Ces enregistrements correspondent à des périodes très différentes de ma vie. Carnet de Bal est ma première production en solo, c'était en 1984, j'avais 27 ans ! J'ai voulu faire connaître un répertoire méconnu, adapté pour l'accordéon diatonique et jouable par la plupart des musiciens. De L'eau Et Des Amandes est beaucoup plus tardif (1995). La plupart des arrangements sont de Gilles Chabenat et j'ai mis à profit la souplesse et la volubilité de la clarinette dont je joue depuis assez longtemps.

Q: Vous jouez beaucoup d’instruments différents. Comment avez-vous commencé à jouer de l'accordéon?

A: J'ai commencé l'accordéon à l'époque du renouveau de cet instrument, sous l'influence de musiciens comme Marc Perrone, Jean Blanchard... J'ai aussi rencontré des musiciens traditionnels dans le centre de la France. J'ai aussi adapté des répertoires venant d'autres instruments (clarinette, vielle, cornet à pistons ...)

Q: Quelle place tient l'accordéon dans la musique traditionnelle française, en comparaison de la vielle à roue et de la cornemuse? 

A: L'accordéon apporte l'harmonie, il peut accompagner ou "mener". Ses attaques donnent de la nervosité au sein d'une formation musicale. C'est un instrument très souple.

Q: J'ai remarqué que vous jouez beaucoup sur les accordéons Castagnari, en particuluer des accordéons à deux rangées. Pouvez-vous me dire pourquoi Castagnari et pourquoi pas les accordéons à trois rangées ou à deux rangées et demie? En d’autres termes: Comment choisissez-vous vos accordéons?

Musique en Bourbonnais.
Au centre Frédéric Paris.
A: J'ai essayé plusieurs sortes d'accordéons : 1 rang, 2 rangs, 3 rangs. Le modèle que je préfère, c'est le "2 rangs 8 basses". J'aime son côté intuitif, nerveux, léger. Ses limites obligent à chercher des solutions pour diversifier son jeu. La marque Castagnari est très fiable, ce sont des instruments de bonne qualité et je travaille avec un revendeur-accordeur très professionnel (Jean-Pierre Leray à Rennes). Que demander de plus ? J'utilise 3 diatos: un en sol-do (G-C), un en do-fa (C-F) et un autre en ré-sol (D-G), tous en "2 rangs 8 basses". Avec ces trois accordéons, j'ai à peu près toutes les tonalités dont j'ai besoin.

Q: Aux Etats-Unis, Carnet de Bal est un ouvrage de référence pour les accordéonistes. J'ai acheté une cassette de Carnet de Bal en 1999 et je l'ai passée jusqu'à ne plus pouvoir la lire. C'est une belle et claire démonstration de ce que l'accordéon peut être. Pouvez-vous nous parler de ce disque? Y at-il une chance de voir un jour une réédition sur CD? 

A: Certains airs enregistrés sur Carnet de Bal sont devenus des "standards" pour les joueurs d'accordéon diatonique et j'en suis très heureux. A l'époque - 1984 - j'ai adapté du répertoire pour clarinette, cornet à pistons, vielle-à-roue et des chansons inédites recueillies en Bourbonnais (département de l'Allier). J'ai ajouté un accompagnement de clarinette dont je jouais depuis peu de temps, un peu de voix et la vielle de Patrick Bouffard. La réédition sur CD est demandée depuis longtemps, il faudrait que je m'en occupe sérieusement...

Q: Voici une question très précise: Que faites-vous avec votre main gauche sur les bourrées, 2 temps et 3 temps? C'est une question très importante pour nous accordéonistes aux États-Unis! Comment faut-il jouer les basses et les accords pour les bourrées?

A: Pour les bourrées à 2 temps, je préfère jouer des notes longues à la main gauche, en alternant les accords (sans tierces) et les basses, un peu comme des bourdons. Je m'inspire de l'harmonium dont je joue depuis l'adolescence. Sinon, les bourrées ressemblent à des polkas et c'est dommage. Je trouve important de préserver la spécificité des bourrées à 2 temps, les mélodies ont un aspect "horizontal", il faut les laisser se déployer comme des chansons a capella, sans les hacher à la main gauche. Par contre, le jeu à la main droite est à la fois lié et avec des ornements très rapides, comme sur la vielle-à-roue. Pour les bourrées à 3 temps, la main gauche accompagne de façon plus classique "basse - accord - accord", mais de temps en temps, je brise cette régularité par des combinaisons rythmiques faussement impaires. C'est un peu compliqué à expliquer, ce serait plus facile avec un accordéon ! J'utilise aussi parfois l'effet "bourdon" comme dans les bourrées à 2 temps.


Q: Chaque disque de La Chavanée est très différente, comment décidez-vous ce qui sera fait pour chaque disque?

A: Depuis de nombreuses années, je choisis des thèmes pour les enregistrements : la rivière, la danse, Noël... Cela me donne des idées différentes pour les arrangements. Je me laisse porter par les textes des chansons (le répertoire traditionnel est composé en grande partie de musique vocale). Chaque chant raconte une histoire dont je m'imprègne. Pour le reste, je travaille avec des musiciens que je connais depuis longtemps. C'est important.

Q: Enfin, y at-il une chance que vous et La Chavanée viennent visiter l'Amérique dans le futur?

A: Pourquoi pas? Nous sommes ouverts à toute proposition!



No comments:

Post a Comment